Susciter l’engagement des promoteurs de radios communautaires, presse en ligne et écrite, télévision pour la prise en compte des DSSR y compris les interruptions sécurisées de grossesse selon la loi et le genre dans les programmes de diffusion de leurs médias respectifs, c’est l’objectif de cette journée de plaidoyer organisée le jeudi 13 janvier 2022 par la Société des gynécologues et obstétriciens du Burkina (SOGOB) à Kaya, chef-lieu de la région du Centre-Nord.

Venus des trois provinces de la région, quinze promoteurs de radios communautaires, de presse en ligne et écrite et de télévision ou leur représentants de la région du Centre-Nord se sont familiarisés aux concepts des droits à la santé sexuelle et reproductive (DSSR) et du genre sous la facilitation de Boureima Sanga, coordonnateur de l’association des journalistes  et communicateurs en population et développement (AJC/PD).

Ils ont également échangé sur les techniques de développement d’une communication efficace sur les DSSR pour des changements sociaux. «Le rôle des médias est de parler de tous les sujets et de veiller à ce que le public puisse jouir du droit à l’information», a conclu le facilitateur qui a requis l’engagement des responsables de médias de la région à s’investir davantage pour la promotion des DSSR.

Les participants ont soulevé des préoccupations relatives à l’accès à l’information, à la non maîtrise du sujet jugé technique, à la non maîtrise de la langue locales par certaines personnes  ressources et à l’insuffisance de moyens pour réaliser des articles de presse.

Dr Eliane Kanyala/Kaboré, gynécologue obstétricienne

Selon Dr Eliane Kanyala/Kaboré, gynécologue obstétricienne et membre de la SOCOB, la tenue de cette journée de plaidoyer s’inscrit dans le cadre du projet «Sauver la Vie» mis en œuvre par la société des gynécologues et obstétriciens du Burkina (SOGOB) et financé par Pathfinder International.

«Cette journée vise à consolider l’engagement des promoteurs de médias à prendre en compte dans leur grille de diffusion des émissions en lien avec les droits à la santé sexuelle et reproductive (DSSR)», a-t-elle confié.

Aux termes des échanges, les participants se disent avoir pris conscience sur leur rôle dans la promotion des DSSR et en matière d’interruption sécurisée de  grossesse.

«C’est un sujet très important ; en plus d’être une question de santé, il touche également le volet du droit et du développement des populations. Nous marquons notre engagement à accompagner la SOCOB et ses partenaires dans la promotion  des DSSR qui ne concernent pas seulement que la femme et l’enfant mais aussi l’homme. Et nous allons veiller cela soit effectif à travers nos programmes», a confié l’Abbé Alexis Kouka Ouédraogo, directeur de la radio Notre-Dame de Kaya.

Pour l’animatrice de la radio Manegda de Kaya,  Kadidiata Ouédraogo, les DSSR n’étaient pas suffisamment abordés dans les médias et cette rencontre de plaidoyer est une interpellation aux médias de contribuer davantage à leur promotion.

«Nous n’en parlions pas suffisamment sur ce sujet qui est délicat. Au sortir de cette rencontre, nous nous engageons d’avantage surtout dans le contexte actuel de crise humanitaire», a ajouté Mme Ouédraogo.

Le projet «Sauver la vie» est mené dans la région du Centre-Nord et s’intéresse à la SSR aux droits à l’interruption de grossesse selon la loi et de donner l’information sur la SSR à la population.

Augustin Irwaya OUEDRAOGO

AIB/Sanmatenga

L’article Droits en santé sexuelle et reproductive: La SOCOB plaide pour l’engagement des médias du Centre-Nord est apparu en premier sur Quotidien Sidwaya.

Comments

comments

Related Post

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com