Actualité

Élections 2020 au Burkina : « Que le meilleur gagne ! », émet Me Sankara

A Yako (chef-lieu de la province du Passoré, située à une centaine de kilomètres de Ouagadougou, dans la région du nord) où il a voté, le président de l’Union pour la renaissance/parti sankariste (UNIR/PS), Me Bénéwendé Stanislas Sankara a simplement souhaité que le meilleur gagne. Il s’est aussi prononcé sur l’actualité liée aux soupçons de fraudes avant de faire un constat du déroulement même du scrutin.

« Accomplir son devoir citoyen, c’est d’abord une fierté d’appartenir à un pays. Nous avons tous été à la campagne électorale, Dieu merci, ça s’est bien passé. Pour moi, d’abord, c’est une satisfaction que je tire, non seulement de la campagne, mais également de la sérénité avec laquelle les votes se déroulent (en tout cas, jusqu’à cette heure-là, nonobstant quelques difficultés qui ont été constatées ça et là). Mais je pense, pour le moment, qu’au niveau du Passoré, tout se déroule très bien et il faut espérer que ça puisse également se terminer dans de très bonnes conditions », a campé l’avocat, vice-président de l’Assemblée nationale sortant.

« Que le meilleur gagne ! », a-t-il souhaité.

Sur l’actualité portant soupçons de fraudes, M. Sankara a d’abord rappelé que c’est une pratique prohibée ; quelle que soit sa nature. « Le procureur du Faso a d’ailleurs fait un communiqué pour inviter les citoyens à dénoncer toute tentative de fraudes, parce qu’il y a la loi qui doit s’appliquer dans toute sa rigueur. Je déplore simplement qu’à ce stade-là, avant même que les élections n’aient lieu et se terminent, il y ait des levées des boucliers aussi bien au niveau du CFOP (Chef de file de l’opposition politique, ndlr) que du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir, ndlr) parce qu’ils ont tous ont été signataires du pacte de bonne conduite. Moi, je pense, le MPP comme le CFOP avaient l’obligation de réserve et de retenue, jusqu’à ce que le scrutin se déroule », a référé Bénéwendé Stanislas Sankara, dont le parti soutient le président sortant pour la présidentielle.

« C’est malheureux de le constater. Mais, je pense que cela n’a pas eu un effet sur l’opinion, si fait que les citoyens sont dans leur sérénité d’aller accomplir leur devoir citoyen, en attendant qu’on puisse tirer les conclusions de l’élection. Ce qu’il faut souligner, ce sont plutôt les lacunes qu’on constate, au niveau de la CENI. Il m’a été signalé tôt ce matin qu’il y a des bureaux de vote qui ne sont pas dotés de bulletins, de procès-verbaux, etc. C’est ça qui constitue, à l’UNIR/PS, notre principale préoccupation ; parce que notre souci, c’est de permettre vraiment aux électeurs de pouvoir accomplir leur devoir », s’est attardé le président de l’UNIR/PS, Bénéwendé Stanislas Sankara.

O.L

Lefaso.net

Comments

comments

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page