Élections 2020: Yako mobilisé pour la victoire du parti de l’œuf


0

L’UNIR/PS a tenu ce jeudi 19 novembre 2020, son meeting de clôture à Yako dans la région du Nord. Le président du parti par cette occasion a demandé à la population de lui apporter son soutien le 22 novembre 2020 pour permettre au parti d’avoir assez de députés pour former un groupe parlementaire sankariste à l’assemblée nationale.

Étant pratiquement à la fin des campagnes, le parti de l’œuf a choisi Yako pour y tenir son meeting de clôture. Me Bénéwendé Sankara, président du parti, s’est réjoui du fait que l’engouement suscité dans les différentes localités lors de leur passage n’ait pas changé. « Nous avons sillonné notre pays le Burkina Faso, l’engouement et l’anthousiasme que nous avons ici est le même que nous avons vu à Réo lors de notre meeting d’ouverture ainsi que dans les différentes localités qui nous ont reçus ».

« L’UNIR/PS aujourd’hui, 20 ans après, non seulement tient debout mais est véritablement fière de faire les fondements de notre démocratie, de faire les fondements d’un Etat qui réclame la justice sociale, la liberté pour ce pays. À l’UNIR/PS, notre slogan c’est de dire: ‘Pas un pas sans le peuple’», a déclaré Me Bénéwendé Stanislas Sankara.

Militants et sympathisants du parti de l’œuf se sont mobilisés à Yako

« Nous voulons avancer, progresser avec la femme, les jeunes, les vieux, c’est pour cela que nous avons encore de la ressource pour courir les contrées, aller dans les villes et les villages pour annoncer la bonne nouvelle qui est qu’il faut effectivement bâtir avec tout le monde, bâtir ensemble un Burkina Faso de paix, de démocratie, sécurisé, de liberté et de prospérité», a-t-il poursuivi.

« Cela est simple et limpide comme l’eau de roche mais malheureusement, il y en a qui n’apprennent jamais la leçon. Ceux-là souvent qu’on libère s’enmmurent davantage dans leur propre contradiction, dans leur propre bêtise politique. Nous avons vu ici des larmes de crocodile, des larmes d’hypocrisie politique. Comment aujourd’hui on peut s’émouvoir et pleurer parce que quelqu’un se trouve entre 4 murs alors qu’on a tué et on a mis en tombeau? Comment on peut s’émouvoir et verser des larmes parce que quelqu’un est hors du Burkina Faso alors qu’on a tué et il lui a été rappelé les crimes abominables perpétrés contre les fils du Passoré à savoir le professeur Oumarou Clément Ouédraogo, Sada Christophe», s’est offusqué le président du parti de l’œuf qui a rappelé que son parti n’est aucunement contre un fils ou une fille du Passoré, précisant que chacun est à l’ombre de ses œuvres.

Me Benewendé Stanislas Sankara note que « le combat pour la démocratie et la liberté ne connait pas de frontières et n’a de parent que la justice et la démocratie » et c’est là, toute la raison du combat de son parti . « Pour cette liberté et cette justice, le président (Thomas) Sankara a payé de sa vie pour que nous puissions aujourd’hui leguer son héritage aux plus jeunes comme le député Alidou Sanfo et bien d’autres. Ce combat, c’est pour la prosterité», a expliqué le « Sankariste ».

Les populations de Yako promettent la victoire à l’UNIR/PS

Le président de l’UNIR/PS a invité la classe politique à laisser tomber la « mesquinerie politique » et à mettre en avant les intérêts des populations. «Laissons la mesquinerie politique; laissons ceux qui mettent au devant leur trésor, leur richesse, qui font étalage de leur myopie politique pour regarder en avant, pour connaître cette misère, les réalités qui tenaillent les populations. Il y en a qui ont privatisé des sociétés ici et les ont rachetées après. De qui se moque-t-on? Moi je n’ai jamais fait ça, je suis propre et intègre. Nous voulons que les parents retiennent que nous sommes des fils dignes de ce pays car vous qui nous avez mis au monde et éduqués, vous nous avez indiqués la voie de l’intégrité et de la droiture et c’est ce que nous avons à partager comme richesse pour construire un pays de paix et prospère. Tout le reste, c’est du verbiage et de la propagande et l’UNIR/PS n’est pas dans ça, on a quitté dans ça il y a longtemps», argumente-t-il.

« C’est un combat que nous avons mené et qui a abouti à l’insurrection populaire de 2014. Grâce à cette démocratie et à cette liberté dans le pays du président Roch, (sinon) il y en a qui sont toujours en politique mais qui devraient disparaître; d’autres ont fait la prison, on dira prison politique mais aujourd’hui quand ils parlent, il se vantent de tout et peuvent dire ce qu’ils veulent et aller dormir tranquille et boire des champagnes et circuler dans les grosses voitures», a confié Me Bénéwendé Sankara.

Le président du parti n’a pas manqué de demander à la population de Yako de porter son choix sur le président Roch Marc Christian Kaboré pour la présidentielle et sur l’UNIR/PS pour ce qui est des législatives.

Mireille Sandrine Bado
Minute.bf

Source : Minute.bf

Faso24


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *