Actualité

Production de miel au Burkina : Les acteurs disposent désormais d’un référentiel technico-économique

Le Secrétariat technique de l’apiculture (STA) a réuni les acteurs clés de la filière apicole du Burkina, le mardi 17 novembre 2020 à Manga dans le Centre-sud afin de présenter le Référentiel technico-économique (RTE) de production du miel. Ce document est élaboré dans le cadre du Projet d’appui à la compétitivité de l’Afrique de l’Ouest, volet Burkina Faso (PACAO-BF).

Mettre à la disposition des acteurs de la filière miel, un document condensé de données, visant à soutenir les acteurs, à améliorer la rentabilité de leurs productions. Tel est l’enjeu du référentiel technico-économique de production du miel. L’atelier du 17 novembre constitue le canal par lequel, le secrétariat technique de l’apiculture (STA) veut vulgariser les informations du référentiel afin de permettre une appropriation de celui-ci par les apiculteurs.

Objectif atteint, peut-on dire. « Nos membres ont contribué à l’élaboration du document de par leur expérience et leur quotidien. Il leur sera donc plus facile de mettre en application les recommandations de ce référentiel » a rassuré Désiré Marie Yaméogo, président de l’interprofession miel du Burkina. Pour lui, l’appropriation des informations du référentiel ne sera pas une tâche ardue pour les apiculteurs. Il est donc confiant quant à la diffusion de l’information auprès de l’ensemble des acteurs de la filière ; les premiers responsables étant présents à l’atelier, ils se chargeront de faire redescendre l’information vers la base.

Désire Marie Yameogo, président de l’interprofession miel du Burkina

Pour la circonstance, ils étaient une cinquantaine de personnes, responsables régionaux de l’interprofession miel, acteurs de la direction générale de la production animale et celle des statistiques du Burkina et membres du Centre de promotion de l’agriculture villageoise, à prendre part à l’atelier.

Quant au contenu du document (référentiel), il fait ressortir le taux de colonisation des ruches (en plaçant une ruche quel est le pourcentage de colonisation), la quantité moyenne de récolte lorsqu’il s’agit d’une ruche moderne et lorsqu’il s’agit d’une ruche traditionnelle et enfin la part de la cire dans le miel brut, suivant la nature de la ruche, etc.

Dasmané Traoré, chef du département développement durable de l’apiculture au Secrétariat technique de l’apiculture.

La rédaction du texte a suivi un processus rigoureux. « L’élaboration de ce référentiel a suivi plusieurs étapes » raconte Dasmané Traoré, chef du département du développement durable de l’apiculture au Secrétariat technique de l’apiculture (STA). D’abord, une réunion de cadrage qui a permis d’élaborer les fiches pour l’enquête à mener auprès des apiculteurs.

La subdivision du Burkina en trois zones de production pour tenir compte de leurs affinités. Il s’agit de la zone de l’Est regroupant les régions de l’Est, du Centre-est et du Centre-sud ; la zone du Centre qui regroupe les régions du Centre, du Sahel, Centre-Nord, du Nord, du Plateau central et du Centre-Ouest, et enfin la zone de l’Ouest regroupant les Hauts-Bassins, la Boucle du Mouhoun, les Cascades et le Sud-Ouest.

« Ces zones ont été constituées en lien avec les similitudes qui existent entre les différentes régions, de sorte que les résultats obtenus puissent se correspondre » a précisé Dasmané Traoré. Dans chaque zone, poursuit-il, « 10 apiculteurs ont été choisis, dont les cinq premiers travaillent exclusivement sur les ruches traditionnelles et les cinq autres sur les ruches modernes. Les résultats qui en sont sortis ont permis de faire des moyennes pour chaque zone et une moyenne au niveau national sur la base desquelles les acteurs pourront s’appuyer pour mener leurs activités ».

Les participants à l’atelier immortalisent l’occasion en posant

Environ 1 milliard de Fcfa du Projet PACAO-BF pour la filière miel

Le projet PACAO, financé par l’Union européenne, intervient dans les 15 pays de la CEDEAO plus la Mauritanie, informe Saidou Didier Lonfo, chargé des opérations et du suivi-évaluation du PACAO-BF. Son volet au Burkina, ajoute-t-il, porte sur trois filières que sont les huileries, le miel et le solaire. « C’est pour l’opérationnalisation du programme que la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) s’est entourée de structures spécialisées, dont les différents maillons d’appui des acteurs des filières bénéficières » ajoute Didier Lonfo.

Les participants

Issoufou Nana, secrétaire technique de l’apiculture, explique que le secrétariat technique de l’apiculture (STA) s’occupe d’un volet de renforcement des capacités, de mise en œuvre du plan de surveillance et d’appui à l’interprofession miel pour mener des activités qui concourent à la compétitivité du miel burkinabè au plan de la sous-région et au niveau international. « Pour la filière miel, c’est environ 1 milliard de Fcfa qui est consacré par le PACAO-BF, à la promotion de la filière » informe-t-il.

Issoufou Nana, Secrétaire technique de l’apiculture

Coronavirus faisant, les activités de 2020 se concentrent au quatrième trimestre de l’année. Après cet atelier, il sera question de la poursuite d’activités telles que les voyages d’études dans les centres leaders, des formations et informations sur les caractéristiques physico-chimiques du miel et les règles d’étiquetage, etc. « Il y a un certain nombre d’activités au nombre d’une dizaine, compte tenu que nous sommes en fin d’année, certaines vont être ramenées en 2021 » précise Issoufou Nana.

Etienne Lankoandé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24

Comments

comments

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page