Me Bénéwendé Sankara : « Il nous faut des lois sankaristes afin de pouvoir contrôler l’action du gouvernement… »


0

Le parti de l’Union pour la renaissance/parti sankariste (UNIR/PS) peut désormais compter sur les voix de ses militants et sympathisants de la ville de Bobo-Dioulasso, pour les élections législatives du 22 novembre prochain. En effet, ils ont réaffirmé leur engagement et leur soutien à défendre « l’idéal sankariste », lors du « grand meeting provincial » du parti, tenu le samedi 14 novembre 2020 dans la ville de Sya.

Le choix de Bobo-Dioulasso pour la tenue de ce « grand meeting provincial » n’est pas fortuit selon les premiers responsables de l’UNIR/PS.

A travers cette mobilisation dans la ville de Sya, « nous voulons démontrer que l’UNIR/PS est toujours vivante à Bobo-Dioulasso », a dit Nestor Bassière, premier vice-président national du parti. C’est un boulevard de l’Indépendance, paré aux couleurs du parti, qui a accueilli les centaines de militants et sympathisants du parti pour cette rencontre politique.

Entre prestations d’artistes (nationaux et internationaux) et discours, chacun y trouvait son compte. S’adressant à la population bobolaise, Nestor Bassière a souligné que l’UNIR/PS a grandi et continue de grandir, et cela grâce à la population de Bobo-Dioulasso qui le trouve comme le parti capable de pouvoir porter son idéal vers son développement. C’est pourquoi, il a exprimé sa reconnaissance à la population pour sa confiance placée en eux, pour défendre leurs intérêts à l’Assemblée nationale.

Les militants et sympathisants mobilisés pour le meeting de l’UNIR/PS

Pour M. Bassière, l’UNIR/PS demeure le seul parti au Burkina Faso qui parle au nom du peuple de Bobo-Dioulasso. « Nous nous sommes toujours battus pour que Bobo-Dioulasso retrouve sa voie de développement en tant que capitale économique. Nous avons constaté l’émiettement à Bobo-Dioulasso et l’absence d’un leader politique charismatique, capable de porter l’ensemble des aspirations de la ville là où il faut les porter. Nous allons nous battre pour porter haut le flambeau de la population de Bobo-Dioulasso », a-t-il laissé entendre.

Les projets de développement seront dirigés à Bobo-Dioulasso

Pour ces élections législatives, le parti sankariste est en course pour les six sièges dans le Houet. Pour le candidat, tête de liste, Nestor Bassière, la victoire est possible au soir du 22 novembre. « Nous allons nous battre pour la victoire à ces élections et nous sommes convaincus que nous avons l’adhésion des populations bobolaises », a-t-il dit.

Nestor Bassière, premier vice-président national de l’UNIR/PS

Une fois à l’Assemblée nationale, leur première action, sera de mettre en place un forum qui permettra à l’ensemble des acteurs de Bobo-Dioulasso, de se réunir et de mettre en place une feuille de route qui servira également à l’ensemble des députés, de telle sorte que leurs aspirations soient portées à l’Assemblée nationale. Toutefois, Nestor Bassière reste convaincu que son parti a la meilleure liste et la meilleure vision à ces législatives. « L’UNIR/PS demeure le seul parti qui connait mieux les problèmes de Bobo-Dioulasso et s’engage à les partager et à les défendre là où il faut », a-t-il dit.

Le premier vice-président de l’UNIR/PS a par ailleurs affirmé que son parti porte les aspirations de la jeunesse en quête d’emplois. C’est pourquoi, une fois à l’Assemblée nationale, il dit faire en sorte que toute société installée au Burkina puisse investir une partie de son bénéfice au pays, afin de créer les emplois nécessaires pour la jeunesse. Les femmes sont également prises en compte dans le « programme ambitieux » du parti. Car selon les responsables dudit parti, il n’y a pas de développement sans la femme.

Me Bénéwendé Stanislas Sankara, président national de l’UNIR/PS

C’est pourquoi, ils souhaitent une réorganisation des femmes du Burkina Faso. « Aujourd’hui, les femmes sont organisées, pas en fonction de leurs propres intérêts, mais en fonction des intérêts de ceux qui les organisent. Et nous disons non à cela, il faut donner la place qu’il faut à la femme », a clamé Nestor Bassière. Avant d’ajouter que la ville de Bobo-Dioulasso, capitale économique, doit rayonner. Et pour cela, soutient-il, il faut des hommes capables de penser à un projet de développement pour la ville. Pour clore ses propos, Nestor Bassière a rassuré la population que tout est réuni à l’UNIR/PS, pour amorcer le développement de Bobo-Dioulasso.

Le peuple burkinabè est en quête d’une alternative

Cette rencontre a connu la présence du camarade Me Bénéwendé Stanislas Sankara, président national de l’UNIR/PS. Selon lui, le parti est né pour avancer avec le peuple burkinabè. Pour que cela soit une réalité, il estime qu’il faut un parlement avec des députés sankaristes. « Il nous faut des lois sankaristes afin de pouvoir contrôler l’action du gouvernement dans une rigueur sankariste, pour lutter efficacement contre la corruption, parce que nous voulons une société vertueuse », a-t-il laissé entendre.

Les femmes de l’UNIR/PS promettent le 100%

Pour Me Sankara, les élections en 2015 ont entrainé un changement au Burkina Faso, « il y a eu une alternance mais le peuple burkinabè est toujours en quête d’une alternative. Et le projet de société qui puisse apporter cette alternative, c’est le programme alternatif sankariste », a-t-il indiqué.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini

Lefaso.net


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *