Université catholique d’Afrique de l’Ouest (UCAO) : Les instances dirigeantes veulent donner à l’institution une renommée internationale


0

La quatrième Assemblée générale de l’Université catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO) a clôturé ses travaux, le vendredi 13 novembre 2020, sous la présidence du cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou. Difficultés rencontrées, défis pour l’institution, perspectives de redynamisation de l’UCAO. C’est entre autres les sujets à l’ordre du jour de la quatrième Assemblée générale, qui a connu la prise de fonction du nouveau recteur, le père Augustin Ndiaye du Sénégal.

Une semaine de séance statutaire. C’est l’exercice auquel, les membres des instances dirigeantes de l’Université catholique d’Afrique de l’Ouest (UCAO) se sont prêtés par visioconférence. Le cardinal Philippe Ouédraogo explique qu’il y a trois Assemblées qui se sont regroupées pour des questions financières. Le Conseil supérieur, le Conseil d’administration et enfin le Conseil épiscopal directeur (CED) qui prend les dernières décisions sur la vie des unités universitaires.

Au cours de ces trois rencontres statutaires, poursuit-il « Nous écoutons d’abord le rectorat sur son rapport général et ensuite les unités universitaires dans leurs diversités ». Pour le Cardinal Philippe Ouédraogo, au-delà des difficultés, l’institution avance progressivement et à son rythme et il y a de quoi se réjouir. Les défis sont toujours les mêmes, selon lui. Il s’agit de la question financière et de personnel compétent et suffisant.

En pleine vidéo-conférence, depuis le service d’accueil du rectorat de l’UCAO

Le cardinal explique également que les dernières séances ont consisté à prendre des décisions et recommandations importantes. La recommandation forte, selon lui, a été celle qui appelle à vivre davantage la solidarité. « L’Afrique est appelée à réaliser une grande solidarité pastorale et nous voulons que cela soit une réalité au niveau de nos unités universitaires. Il y a des universités qui se portent mieux que d’autres et des pays où les conditions sont extrêmement difficiles » a-t-il relaté.

L’idée retenue, c’est une fondation qui n’est rien d’autre qu’une caisse de solidarité qui viserait à soutenir l’ensemble des unités universitaires notamment celles qui sont dans des difficultés. « Nous nous sommes donc efforcés de voir qu’est-ce qu’on peut faire pour soutenir les enfants des familles pauvres qui ont aussi le droit d’accéder aux études universitaires ».

Le Cardinal Philippe Ouedraogo, archevêque de Ouagadougou

Le père Augustin Ndiaye du Sénégal prend les rênes de l’UCAO

Le nouveau recteur de l’UCAO, le Père Augustin Ndiaye du Sénégal, a officiellement pris fonction au cours de cette Assemblée générale. Il remplace le père François Xavier Damiba, en poste depuis 2015, pour un mandat de trois années renouvelables. Philippe Cardinal Ouédraogo explique que le recteur est proposé par la conférence épiscopale de l’Afrique de l’Ouest et choisi par la Congrégation pontificale pour l’éducation catholique.

Après une vingtaine d’années dans l’enseignement et curé de paroisse au Sénégal, le docteur en droit canonique arrive au Burkina Faso, pour diriger l’UCAO. C’est beaucoup de joie d’avoir été accompagné par son éminence et l’équipe que j’ai trouvée en place, confie-t-il. « Je ne prétends pas révolutionner les choses. Il s’agit de partir de ce qui est fait pour consolider les acquis. Je m’inscris donc dans un processus de succession » conclut-il, le cœur plein de reconnaissance pour le cardinal et la communauté diocésaine « de leur laisser un espace où ils sont une famille ».

Le père Augustin Ndiaye du Sénégal, nouveau recteur de l’UCAO

Que l’UCAO se distingue des autres universités tout en partageant leur identité. C’est ce qu’entend promouvoir le père Ndiaye, pour qui, il faut que l’UCAO soit un label pour la société et pour le monde. Le challenge, ajoute-t-il, c’est également de trouver les moyens financiers nécessaires pour finir le siège de l’UCAO en construction depuis deux années.

L’UCAO, une université en réseau de sept pays

Le cardinal Philippe Ouédraogo explique que l’UCAO est une université en réseau qui concerne sept pays, dont le Benin, le Togo, la Côte-d’Ivoire qui abrite l’unité mère à Abidjan, la Guinée, le Mali, le Sénégal et le Burkina Faso. Ce dernier a l’honneur d’abriter le rectorat de cette université, se réjouit le cardinal. L’ambition de l’Eglise c’est d’apporter sa modeste contribution pour l’éducation de la jeunesse et des peuples.

Le cardinal Philippe Ouedraogo et le nouveau recteur de l’UCAO

Pour mémoire, c’est depuis les indépendances que les évêques de l’Afrique de l’Ouest regroupés en Conférence épiscopale des évêques de l’Afrique de l’Ouest (CERAO) ont fondé un institut de formation supérieur devenu une université basée à Abidjan. « Inspirés par l’Esprit Saint, les évêques ont voulu apporter quelque chose de spécifique aux populations de la région ouest-africaine. C’est de là qu’est née l’idée de réorganiser l’université en une université éclatée, unique et en réseau » a indiqué le cardinal Philippe Ouédraogo.

Etienne Lankoandé

Lefaso.net


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *