Santé : La télémédecine, une opportunité d’amélioration de l’offre de soins au Burkina Faso


0

La télémédecine se définit comme étant la médecine qui utilise les technologies de l’information et de la communication et qui permet d’apporter des services de santé là où la distance et l’isolement constituent un facteur de limitation pour prodiguer des soins de qualité. Elle met le patient au centre de la prise en charge comme fait traditionnellement. Pratiquée dans plusieurs pays surtout ceux développés, la télémédecine permet d’accroitre l’offre de santé. Au Burkina Faso, elle se fait toujours de manière informelle, malgré les nombreux avantages qu’elle pourrait apporter au système de santé. Dans cet entretien qu’il a accordé à Lefaso.net le, Boukari Ouédraogo, médecin de santé publique, spécialiste en informatique médicale, nous livre de amples informations.

Lefaso.net : Quels sont les différents volets de la télémédecine ?

Dr Boukari Ouédraogo : La télémédecine a quatre sous composantes. Il y a la télésurveillance qui consiste à suivre régulièrement l’état de santé du patient à distance par SMS ou par internet. La téléconsultation, c’est le fait pour un malade de bénéficier d’une consultation à distance par un médecin. Le médecin qui est à distance est appelé médecin requérant et le malade est généralement assisté par un autre praticien qui permet de suivre.

La télé expertise, elle se passe entre professionnels de santé. Un malade qui consulte son médecin pour un mal précis, le médecin peut avoir recours à un de ses confrères afin de poser le diagnostic, avoir des informations complémentaires pour une meilleure prise en charge. La téléassistance, elle vient en complément à la télé expertise. Dans ce cas, le praticien se fait assister à distance par un autre médecin. Un médecin qui a par exemple un patient qui présente des signes dermatologiques, peut prendre des photos et demander l’avis de son confrère dermatologue pour pouvoir prendre en charge le patient.

Lefaso.net : Quelles sont les conditions nécessaires à la pratique de la télémédecine ?

Dr Boukari Ouédraogo : La télémédecine peut se pratiquer par appel téléphonique ou par usage du réseau internet. Et en fonction du volet concerné, les besoins peuvent différer. Pour une télé expertise par exemple, l’on peut demander l’expertise d’un autre confrère par appel téléphonique. Mais s’il s’agit d’une télé assistance, il faut une bonne connectivité pour arriver à intervenir à distance. Et dans ce cas de figure, la responsabilité du médecin qui est à distance est engagée, car si le malade n’est pas satisfait de sa prise en charge, il peut poursuivre en justice le personnel de santé.

Ce qui fait que le consentement du malade est nécessaire pour une télé assistance. Ainsi, s’il poursuit le personnel soignant, de façon indirecte les médecins aussi peuvent attaquer les services de télécommunications. Ce qui fait que pour pratiquer de la télé assistance à distance, il faut que les réseaux de téléphonie qui assurent la connectivité donnent leur quitus pour qu’on soit sûr de pouvoir faire les choses sans risque d’interruption de connexion (cas d’intervention chirurgicale à distance).

Autre condition de pratique de la télémédecine, il faut que les populations soient sensibilisées, éduquées et conscientisées sur le bien-fondé de la chose. Même le personnel soignant doit être sensibilisé sur la nécessité de la télémédecine, car on ne peut plus s’en défaire parce qu’elle permet au patient isolé de recevoir des soins de qualité. Il faut également que les aspects juridiques soient pris en compte pour mieux cadrer la pratique de la télémédecine.


Lefaso.net : Quel est l’état de la pratique de la télémédecine au Burkina Faso ?

Dr Boukari Ouédraogo : Au Burkina Faso, la mise en œuvre de la télémédecine n’est pas formelle. Lorsque l’on prend par exemple la possibilité d’une télé assistance d’un hôpital à un autre, pour le moment nous ne disposons pas de matériel de vidéo conférence qui puisse permettre aux hôpitaux de mutualiser leur expertise de manière formelle. Il n’existe pas un fort engagement spécifique qui puisse permettre à cette discipline de connaitre un véritable essor. Par contre, beaucoup de médecins demandent très souvent l’avis de leurs confrères, mais pas dans un cadre très formel.

Lefaso.net : Quel peut être l’apport de la télémédecine pour notre système de santé ?

Dr Boukari Ouédraogo : Il faut dire qu’elle permet d’accroître et d’améliorer l’offre de santé et l’état de santé de la population. Les pays développés ont pris le soin de bâtir leur système de santé en intégrant la télémédecine comme étant un pan incontournable notamment pour améliorer leurs plateaux techniques. Elle permet aussi de lutter contre les épidémies à travers la collecte et la transmission des données, de gérer et d’améliorer la recherche dans la santé. Donc si l’on met les ressources nécessaires pour accompagner les praticiens, la télémédecine peut véritablement contribuer à améliorer l’offre de soins.

Lefaso.net : Que dire sur la rémunération des professionnels de la santé qui pratiquent la télémédecine ?

Dr Boukari Ouédraogo : Il faut dire que la rémunération du personnel de santé est un volet capital. Lorsque celui-ci se sent valorisé même si c’est à distance, cela va le motiver à se surpasser. Il serait vraiment important qu’au niveau du ministère de l’Économie et des Finances, le ministère de la Santé puisse porter le dossier pour qu’il soit mis en place un cadre légal permettant de suivre tous les aspects de la télé médecine : combien le praticien gagne surtout celui qui est à distance, combien celui qui est aux côtés du malade gagne puisqu’il recharge des crédits de communication pour appeler ou se connecter à internet.

Donc l’idée c’est vraiment de voir comment l’ensemble de ces acteurs peut être rémunéré pour une plus grande motivation. Tous les ordres professionnels devraient être impliqués afin qu’un cadre règlementaire soit trouvé.

Lefaso.net : Comment peut-on assurer l’intégrité du patient en pratiquant la télé médecine, pour éviter que certaines images ne soient étalées sur les réseaux sociaux ?

Dr Boukari Ouédraogo : La télémédecine ne déroge pas aux obligations éthiques du corps médical. C’est pourquoi le consentement du malade est obligatoire. Aussi, l’on ne doit pas passer par les réseaux sociaux pour transmettre les photos des malades. D’où l’importance pour tous les acteurs de discuter autour d’une même table afin de pouvoir définir le canal de transmission des informations.

L’avantage c’est qu’au Burkina nous disposons d’un intranet national qui est le réseau local de l’administration qui permet à l’ensemble de tous les ministères de pouvoir communiquer et transmettre les données sans passer par internet. L’utilisation de cet intranet va donc aider à sécuriser les données.


Lefaso.net : Qu’est ce qui peut être fait selon vous pour une pleine adhésion du personnel soignant à la télémédecine ?

Dr Boukari Ouédraogo : Il faut que les praticiens soient sensibilisés et formés sur la télé médecine, qu’ils comprennent ses avantages ainsi que les inconvénients d’un mauvais usage. Je pense qu’il y a déjà un premier pas qui est fait, car dans les curricula harmonisés de l’OAS, la formation en informatique médicale est devenue obligatoire et dans cette formation à partir de la deuxième année, le cours de e-santé dont la télé médecine est un module, est enseigné aux étudiants en médecine, en pharmacie et chirurgie dentaire pour qu’ils comprennent déjà la pratique. Il faut aussi refaire des recyclages pour ceux qui sont déjà sur le terrain.

Propos recueillis par Armelle Ouédraogo

Lefaso.net


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *