Hauts-Bassins : L’ONG Action contre la faim plaide pour une amélioration des services WASH dans les centres de santé


0

La gouvernance WASH dans les centres de santé de la province du Kénédougou n’est guère reluisante. C’est le constat qui se dégage de l’étude réalisée dans 26 centres de santé de ladite localité. C’est fort de ce postulat que l’ONG Action contre la faim (ACF), en partenariat avec l’ONG AGED, a décidé d’organiser, ce mercredi 11 novembre 2020 à Bobo-Dioulasso, un atelier de plaidoyer dans le domaine de l’eau, l’hygiène et l’assainissement, ce qui a un lien étroit de cause à effet avec le secteur de la santé et de la nutrition.

L’ONG Action contre la faim, en collaboration avec CBM, intervient dans la région des Hauts-Bassins depuis 2018, dans le domaine de la nutrition. Ce, à travers le « Programme intégré de diversification de la production et d’amélioration nutritionnelle dans la région des Hauts-Bassins ». Ce projet a pour objectif de contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des personnes vulnérables, y compris les personnes handicapées dans la région des Hauts-Bassins. Il impactera ainsi environ 408 308 personnes, dont 8% de personnes handicapées.

Les participants à l’atelier de plaidoyer

Pour ACF, les secteurs de la nutrition, de la santé et du service WASH (l’eau, l’hygiène et assainissement) sont étroitement liés. Selon le coordonnateur terrain d’Action contre la faim base Orodara, Cheick Amed Ky, il est difficile d’avoir des soins de qualité sans l’amélioration de la qualité des services WASH. En effet, les services WASH constituent un maillon important dans l’offre de soins de chaque centre de santé, quel que soit son niveau dans la pyramide des établissements sanitaires du pays. C’est pour cela que l’ONG Action contre la faim (ACF), en partenariat avec l’ONG AGED, a mis en œuvre un paquet d’activités dont la réalisation d’ouvrages hydrauliques et la promotion de bonnes pratiques d’hygiène dans 21 centres de santé de la province du Kénédougou à travers l’approche baby WASH et WASH’IN NUT.

Dans cette optique, l’ONG a commandité une étude sur la gouvernance WASH dans 26 centres de santé et de promotion sociale (CSPS) de la province du Kénédougou. L’on peut retenir de cette étude, que la gouvernance WASH dans ces centres de santé n’est guère reluisante. Selon les annuaires statistiques de l’année 2018, la faible couverture en matière d’assainissement des eaux usées et excrétas, la faible application des bonnes pratiques d’hygiène et la morbidité associée à la mauvaise qualité des services WASH, sont des facteurs qui contribuent fortement à la prévalence de maladies tropicales négligées.

Le coordinateur terrain de ACF base Orodara, Cheick Amed Ky

80% de la population pratiquent la défécation à l’air libre dans le Kénédougou

En effet, selon la direction régionale de l’Eau et de l’assainissement, le taux national d’accès à l’eau potable en mars 2019, était de 67,3% contre 52,4% au niveau de la province du Kénédougou soit un écart négatif de 15 points. Aussi, 22% du parc hydraulique de la province du Kénédougou se trouvent dans un état de panne. Seulement 20,2% de la population provinciale disposent d’ouvrages de gestion des excrétas contre près de 80% de la population qui continuent de pratiquer la défécation à l’air libre (DAL). Au plan institutionnel, le niveau d’équipement des centres de santé en points d’eau potable, en ouvrage d’assainissement eaux usées et excrétas reste également en deçà des attentes. Cette défaillance à des conséquences sanitaires et environnementales.

C’est donc à cette réflexion que cet atelier invite les participants, en tant qu’acteurs-clés de mobilisation sociale et d’incitation au changement de comportement des communautés. Ils sont invités à s’inspirer des actions menées par Action contre la faim dans le cade du PADI et du projet CPP Confluences, pour identifier les goulots d’étranglement en vue de prendre des engagements forts, afin de contribuer à l’adoption des bonnes pratiques d’hygiène et à la bonne gouvernance WASH dans les centres de santé.

La photo de famille

Au cours de cette rencontre, il est question, selon Cheick Amed Ky, d’amener les participants à se rendre compte de l’importance de l’intégration des bonnes pratiques nutritionnelles et d’hygiéniques dans les habitudes de chacun. Il est également question d’inciter ces participants à s’engager pour l’amélioration de la situation qui prévaut dans cette province pour qu’ensemble, des plaidoyers soient menés sur tous les plans.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *