Zéphirin Diabré à Fada : « Moi président, qu’on m’amène le chef des terroristes, on va disctuer »


0

Au deuxième jour de la campagne, c’est à Fada N’gourma dans la région de l’Est que Zéphirin Diabré et son équipe sont allés à la conquête de l’électorat. Ce 1er novembre 2020, c’est une mobilisation des grands jours que les militants de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) ont fait montre au stade régional de Fada pour accueillir leur candidat.

Pour une région de l’Est qui a souffert des attaques terroristes depuis ces quatre dernières années, Zéphirin Diabré a axé son discours, comme on pouvait s’y attendre, sur l’insécurité et l’incapacité du pouvoir du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) de Roch Marc Christian Kaboré à y apporter la solution.

« S’il y a une seule région au Burkina Faso qui a souffert pendant 5 ans du pouvoir du MPP, c’est la région de l’Est. Le MPP vous a livrés, abandonnés, et vous a jetés aux terroristes et ils sont à Ouagadougou », a soutenu le candidat de l’UPC.

« Rien que ça, ça suffit pour qu’on soit candidat pour nettoyer l’Est, pour que vous reprenez votre Est, pour que vous soyez maitres chez vous, pour que vos enfants ne soient plus tués, pour que vous puissiez cultiver vos champs, pour que les commerçants puissent faire leur commerce. Rien que pour ça le combat sera mené », harangue-t-il la foule qui a pris d’assaut le stade régional de Fada.


Des militants venus de toutes les provinces de la région de l’Est ont pris part au meeting

Puis, il présente sa thérapie pour sauver la population de l’Est des affres des attaques terroristes. Et à l’en croire, il n’y a pas de recette miracle, il faut nécessairement aller à la table de négociation, convaincu que toute guerre se termine toujours par le dialogue.

« Ces gens qui tuent nos enfants, là ils veulent quoi ? Ils n’ont qu’à venir à moi, ils veulent quoi ? Si nous arrivons au pouvoir, on va envoyer des gens les appeler, ils n’ont qu’à venir on va discuter. Parce que toute guerre finit par une discussion », explique-t-il à ses militants.

Dialogue d’accord, mais pas à n’importe quelle condition

Mais ce dialogue dont il faut mener avec les terroristes ne se fera pas sans conditions et Zéphirin Diabré en énumère trois :

« Premièrement le Burkina Faso, tel que nos grands-pères nous l’ont donné, même un centimètre carré, personne ne le touche.  L’intégrité du territoire, pour moi, est sacrée.

Deuxièmement, notre pays est une république laïque où toutes les religions doivent pouvoir s’exprimer (…).

Troisièmement : nous sommes pour la démocratie. Dans le Burkina Faso d’aujourd’hui et de demain, c’est vous le peuple qui choisit le leader, son dirigeant ».

S’il y a un accord pour ces trois points, Zéphirin Diabré dit être favorable pour le dialogue avec les terroristes. « C’est qui leur chef, qu’on me l’amène et qu’on discute qu’on finisse avec cette affaire là pour que le Burkina avance », insiste-t-il. Mais il n’y a pas que la question terroriste seulement qui préoccupe le candidat du parti du Lion. Selon lui, la réconciliation nationale est incontournable, si l’on aspire à la paix au Burkina.

Avant de prendre congé de ses militants de la région de l’Est, Diabré les a invités à faire preuve de vigilance dans les bureaux de vote afin d’éviter d’éventuelles fraudes. Il les a aussi invités à voter les candidats de son parti aux élections législatives. Ces derniers ont d’ailleurs été présentés lors du meeting.

Maxime Kaboré

Burkina 24

Source : Burkina24.com

Faso24


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *