Rapport 2019 de la BCEAO : Le marché bancaire de l’UEMOA dominé à 49,3% par des banques internationales


0

La Commission bancaire de l’Union monétaire ouest africaine (UMOA), a dressé le bilan de l’activité économique et/ ou bancaire de la zone UEMOA, en 2019. Au Burkina Faso, sur un total de 2 043 700 comptes bancaires, la Bank of Africa (BOA), s’en tire avec 541 205 comptes et se hisse en tête de liste. Elle est suivie dans l’ordre par ECOBANK, 450 088 comptes et Coris BANK international, 330 915 comptes. De façon générale, les banques internationales dominent le marché avec 49,3% des actifs bancaires de l’Union et détiennent 54,3% des comptes bancaires.

Les crédits client au sein de l’UEMOA ont augmenté de 10,0%, en ressortant à 22 924,0 milliards de F CFA à fin 2019, selon le rapport de la commission bancaire de l’UEMOA. Ils sont composés principalement des crédits à court terme (53,7%), des crédits à moyen terme (36,5%), des crédits à long terme (4,4%), des opérations de location-financement (0,8%) et des créances en souffrance (4,6%).

Les ressources mobilisées par les établissements de crédit de l’Union ont progressé de 11,4%, en glissement annuel, pour s’établir à 33 129,6 milliards de F CFA à fin 2019. Elles sont composées de dépôts et emprunts (84,1%), de fonds propres nets (11,2%) et d’autres ressources (4,7%).

Au 31 décembre 2019, le Produit net bancaire (PNB) de l’Union s’est établi à 2 057,3 milliards, en progression de 4,3%, en rythme annuel, selon la commission bancaire.

Le résultat net global provisoire s’élève à 542,3 milliards à fin 2019 contre 379,4 milliards en 2018, soit une croissance de 42,9%.

Les bénéfices sont répartis en 227,5 milliards pour la Côte d’Ivoire, 94,2 milliards pour le Sénégal, 77,9 milliards le Burkina Faso, 52,1 milliards le Mali, 31,0 milliards pour le Togo, 26,6 milliards pour le Niger, 20,0 milliards pour le Bénin et 12,9 milliards pour la Guinée-Bissau.

Un marché bancaire dominé par les banques internationales

Le système bancaire de l’Union compte 153 établissements de crédit agréés en décembre 2019, contre 147 en 2018. Sur les 153, le Burkina Faso compte 19 établissements, respectivement 16, 17 et 18 pour le Benin, le Mali et le Niger tandis que les deux poids économiques de l’Union la Côte-d’Ivoire et le Sénégal ont 31 et 30 établissements de crédit agréés.

Selon la commission bancaire de l’UEMOA, les banques internationales dominent le marché avec 49,3% des actifs bancaires de l’Union. Elles concentrent 34,9% du réseau d’agences, disposent de 43,9% des GAB, détiennent 54,3% des comptes bancaires et emploient 49,1% des effectifs. Quant aux banques sous régionales, elles détiennent 49,0% de part de marché.

Elles regroupent 37,4% des agences, 56,1% des GAB, 45,7% des comptes de la clientèle et 44,6% des effectifs. Les établissements financiers à caractère bancaire internationaux de l’Union concentrent 0,2% des actifs, 1,4% des guichets et 0,3% des effectifs. Les établissements financiers à caractère bancaire sous régionaux affichent 1,3% des actifs, 26,2% des guichets et 5,9% des effectifs.

Les 29 groupes bancaires, en activité dans l’UEMOA au 31 décembre 2019, proviennent de la Zone monétaire de l’Afrique de l’Ouest (ZMAO), du Maghreb, de l’Union européenne, de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEMAC), de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) et du reste du monde.

La Bank of Africa enregistre le plus grand nombre de comptes bancaires

Les Banques au Burkina Faso comptent un peu plus de 2 millions de comptes bancaires, selon la commission bancaire de l’Union. La Bank of Africa (BOA), s’en tire avec 541 205 comptes et se hisse en tête de liste. Elle est suivie dans l’ordre par ECOBANK, 450 088 comptes et Coris bank international, 330 915 comptes.

Les 11e, 12e, 13e et 14e places sont respectivement occupées par International business bank (IB BANK), 26 506 comptes, La Banque de l’union Burkina Faso (BDU-BF), 19 923 comptes, Wendkuni bank international (WBI), 5 475 comptes et la Banque agricole du Faso (BADF) 1 373 comptes.

De façon générale, le produit intérieur brut (PIB) de l’Union, en termes réels, a progressé de 6,1% en 2019 contre 6,4% en 2018. Cette croissance économique a été principalement portée par le secteur tertiaire, avec une contribution de 3,6 points. Les apports des secteurs primaire et secondaire s’élèvent respectivement à 0,8 point et 1,7 point.

Au Burkina, la croissance économique a été 6,8% en 2019 contre 5,7% en 2018. Elle vient juste après le Niger 7,0% en 2019 et se situe au même niveau que la Côte-d’Ivoire. Le taux d’inflation, en moyenne annuelle, est ressorti à -0,7% en 2019, contre une réalisation de 1,2% en 2018 sur l’espace UEMOA. Ce taux au Burkina a été de -3,2%, de +0,8% en Côte-d’Ivoire et de -2,5% au Niger.

Synthèse d’Etienne Lankoandé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *