Burkina : Des organisations de défense de droits humains interpellent le gouvernement sur des dérives des volontaires pour la défense de la patrie


0

C’est par une conférence de presse animée ce mercredi 28 octobre 2020 à Ouagadougou, que le Collectif contre l’Impunité et la stigmatisation des Communautés (CISC) a, de concert avec le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP) et l’Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ), dénoncé les dérives des volontaires pour la défense de la patrie (VDP).

« Au moment où tous les discours officiels prônent la cohésion sociale pour parvenir à un retour d’une paix durable dans notre pays, les VDP, censés protéger et défendre les populations des villages, rament à contre-courant en s’adonnant à une stigmatisation communautaire sans précédent. Barga, Tanwalbougou… sont des exemples honteux pour tout Burkinabè soucieux du droit à la vie », déplorent les responsables de ces organisations.

Selon les conférenciers, plusieurs organisations de défense de droits humains sont régulièrement interpellées par des citoyens burkinabè sur des cas de violations graves du principe de libre circulation des personnes et des biens sur le territoire national.


Les principaux axes routiers concernés par les contrôles au faciès sont, citent-ils, Fada-Kantchari-frontière du Niger (avec le poste de contrôle VDP à Tanwalbougou) ; Fada-Pama-frontière du Bénin (avec les postes de Nagaré et Natiaboani) ; Fada-Comin Yanga-frontière du Togo (poste de contrôle de Koaré) ; Ouahigouya-Titao (poste de contrôle entre le barrage de Tougou et Titao) ; Ouahigouya-Thiou (entrée de Thiou) ; les axes Bomborokuy-Barani, Barani-Sékuy-Boulé, Bomborokuy-Gninamou (postes de contrôle de VDP et certains Dozos). A ces axes des régions de l’Est, du nord, du Centre-est et de la Boucle du Mouhoun, s’ajoutent les axes Kaya-Barsalgho, Barsalgho-Foubé, Barsalgho-Pensa dans la région du Centre-nord et Dori-Arbinda dans le Sahel.

Par cette sortie, ces organisations exigent également du gouvernement toute la lumière sur les dossiers de crimes de masse comme Yirgou, Banh, Kaïn, Yagha, Tanwalbougou…et des mesures adéquates pour protéger les personnes et leurs biens dans ces zones fortement touchées par l’insécurité. Elles appellent aussi les autorités judiciaires à mener des investigations sur des cas d’arrestations, de disparitions forcées, de viols, de vols et d’exécutions extra-judiciaires.

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *