Province du Yatenga : Développement et situation sécuritaire en débats


0

La haut-commissaire de la province du Yatenga, Aminata Tarnagda, a présidé la 3e session du Cadre de Concertation Provincial (CCP). Les membres statutaires du cadre ont eu droit à des communications suivies d’échanges sur la situation sécuritaire actuelle dans la province, le bilan de la campagne sèche et humide ainsi que d’autres communications en rapport avec le développement local. C’était le lundi 12 octobre 2020 à Ouahigouya.

A l’ouverture des travaux de cette 3e session de lannée 2020, Aminata Tarnagda, haut-commissaire de la province du Yatenga, a remercié les participants du cadre pour leur présence effective afin de s’informer de la vie et du développement de la province.

Au programme de cette dernière session ordinaire de l’année, des communications ont été inscrites à l’ordre du jour. Pour camper le décor, la première responsable de la province a indiqué : « La rencontre d’aujourd’hui a pour objectif d’échanger avec vous sur la situation sécuritaire, la campagne agricole en cours et sur l’assistance judiciaire ». C’est par ces mots que la haut-commissaire a ouvert la session avant de passer la parole au commissaire central de la police (CCP) de Ouahigouya, Abdoul Rasmané Ganam, qui représentait le directeur régional de la police nationale du Nord pour sa communication.


21% des écoles et établissements secondaires de la province fermés

Dans son exposé, le CCP a fait l’état des lieux, les conséquences de la dégradation de la situation sécuritaire et les perspectives. Les membres ont suivi avec intérêt cette communication qui a révélé que depuis 2017, le Yatenga fait face à des menaces et attaques terroristes. Outre les actions terroristes, la région, d’une manière générale, fait face à des menaces récurrentes telles que des incursions, des prêches extrémistes dans des villages, des assassinats ciblés, des enlèvements, des incendies d’écoles, des explosions de mines.

Cette situation a engendré des conséquences qui sont l’impraticabilité de certains axes routiers, la perturbation des activités éducatives avec 21% des écoles de la province qui sont fermées, des milliers de déplacés internes, etc. Des actions ont été prises, à en croire le communicateur qui a rassuré les membres du cadre de concertation que les patrouilles sont intensifiées, des volontaires recrutés, les lieux de cultes sécurisés sans oublier la fermeture de certains marchés de la province afin de couper les sources de ravitaillement des terroristes.


Pour le commissaire Ganam, il faudrait que les populations, en particulier les jeunes, se familiarisent et s’approprient le concept « See something, say something ». Les participants à la session ont voulu en savoir plus sur la situation réelle dans certains départements tels Kaïn, Thiou,Koumbri, Barga et surtout Tangaye qui est situé à une quinzaine de kilomètres de Ouahigouya où tout fonctionne au ralenti et les populations laissées à elles-mêmes.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

YANN NIKEMA

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *