Dossier Sankara : Le Balai citoyen « frustré » de la lenteur de la procédure judiciaire


0

33 ans après l’assassinat du guide de la révolution d’août 1983, Thomas Sankara, le mouvement le Balai citoyen reste sur sa soif quant à l’évolution du dossier judiciaire. Au cours d’une conférence de presse le mercredi 14 octobre 2020 à son siège à Ouagadougou, en prélude aux activités commémoratives dudit assassinat, le Balai citoyen a non seulement invité la justice à plus de célérité tout en se félicitant de l’institution d’une bourse doctorale Thomas Sankara.

Octobre 1987 à octobre 2020, cela fait 33 ans que Thomas Sankara et 11 de ses compagnons tombaient sous les balles « assassines » de « son frère d’arme et prétendu ami, le capitaine Blaise Compaoré », a rappelé le porte-parole du Balai Citoyen, Eric Ismaël Kinda, qui, retient que depuis lors, des étapes ont été franchies même si la manifestation de la vérité n’est pas encore au rendez-vous.

Pour M. Kinda en effet, « le dossier a un peu avancé » à la faveur de l’avènement de l’insurrection populaire de 2014 alors que c’est depuis 1997 qu’une plainte contre X avait été déposée pour faire la lumière sur la mort de Thomas Sankara. Ainsi, s’est-il satisfait, depuis la réouverture du dossier en 2015, de « l’inculpation de plusieurs personnes comme Blaise Compaoré et Gilbert Diendéré » ; « la transmission d’une partie de documents déclassifiés en lien avec l’assassinat du président du CNR et de ses compagnons par la France » ; « l’expertise balistique » et de « l’émission de mandat d’arrêt contre Blaise Compaoré et Hyacinthe Kafando ».

Tout de même, le Balai citoyen se dit « frustré » de la lenteur dans l’avancée judiciaire du dossier. « L’espoir que nous avons tous nourri de voir le procès s’ouvrir en 2020 est en train de s’amenuiser », a regretté Eric Ismaël Kinda, invitant la justice à plus de célérité car « 33 ans, c’est suffisant » pour faire la lumière sur l’assassinat de celui-là dont la renommée va au-delà du Burkina Faso.

Une bourse doctorale Thomas Sankara à l’Université de Kassel en Allemagne

Après le baptême de l’Université Ouaga 2 au nom de Thomas Sankara et en plus du projet du mémorial Thomas Sankara, cette fois, c’est une bourse qui a été instituée au nom du père de la révolution d’août 1983.

A en croire M. Kinda, le nom de Thomas Sankara, « le premier cibal » comme il l’appelle, a été retenu parmi d’illustres personnalités mondiales comme le sud-africain Nelson Mandela, l’indien Mohamat Gandhi par le Réseau de Partenariat mondial (GPN), logé à l’Université de Kassel en Allemagne pour porter la bourse doctorale qui permettra aux étudiants des universités du sud comme l’Université des Sciences appliquées au Développement (USAD) au Burkina, de se former en « partenariats dans la coopération au développement » ; en « partenariats et économie mondiale » et en « partenariats dans la production de connaissance ».
Toute chose qui renforce M. Kinda et ses camarades dans la lutte pour rendre justice à un homme dont les mérites sont mondialement reconnus.

Franck Michaël KOLA
Minute.bf

Source : Minute.bf

Faso24


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *