Le ministère de l’Economie, des Finances et du Développement a procédé, ce 6 octobre, au lancement du Projet d’appui à l’inclusion financière et l’accès au financement des petites et moyennes entreprises (PAIF-PME). D’un coût global de 55 milliards de F CFA, le PAIF-PME veut créer les conditions d’accès aux services financiers au profit des couches de la population souvent exclues du système financier classique.

L’inclusion financière englobe l’ensemble des dispositifs mis en place afin de lutter contre l’exclusion bancaire et financière. Elle comprend toute une gamme de produits et services financiers et non-financiers. Au Burkina Faso, la part de la population adulte ayant un compte bancaire était estimée à 43% en 2017. Ce qui sous-entend que plus de la moitié de la population burkinabè demeure exclue du système financier classique.

Les disparités de genre affectent un peu plus les femmes, qui ont peu accès aux services financiers et à l’épargne. Le secteur agricole connaît également un accès difficile au service financier, dû à sa vulnérabilité aux changements climatiques.


Le Projet d’appui à l’inclusion financière et l’accès au financement des Petites et moyennes entreprises (PAIF-PME) vise donc, par sa mise en œuvre, à accroître l’accès aux services financiers et à faciliter l’accès aux crédits pour les PME, les agriculteurs, les femmes et les jeunes, souvent mal desservis financièrement.

Ce projet qui, de l’avis de Pauline Zouré, ministre déléguée chargée de l’Aménagement du territoire, représentant le ministre de l’Economie, est un instrument majeur de développement et de lutte contre la pauvreté, va permettre aux populations et aux couches vulnérables de disposer de financement afin de pouvoir mener des activités génératrices de revenus, produire de la richesse afin d’améliorer leurs conditions de vie.


Autorité coutumière et administrative montrent l'exemple de la bonne entente entre les peuples de Manga et de Kaya

Pour ce faire, le projet compte saisir l’opportunité qu’offre le digital pour relever les défis liés à la manipulation du cash. L’utilisation de la monnaie électronique va aussi permettre d’augmenter l’utilisation des comptes de transaction pour effectuer et recevoir les paiements. Plusieurs structures telles la Direction générale du trésor et de la comptabilité publique, la Direction générale des douanes, la Caisse nationale de sécurité sociale, le Fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes, participent à la mise en œuvre de ce projet.

D’un coût global de 55 milliards de F CFA, le PAIF-PME est financé par l’Etat burkinabè et la Banque mondiale. Sa mise en œuvre couvrira la période 2019-2025.

Armelle Ouédraogo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24

Comments

comments

Related Post

Le caca, c’est de l’or !

Publié par - octobre 7, 2020 0
Osons croire que la leçon est déjà retenue sinon rappelez-vous toujours : le caca ne se gère pas n’importe comment…

There are 1 comments

  1. 865480 246891Id really should talk to you here. Which is not some thing I do! I quite like reading a post which will make folks believe. Also, a lot of thanks permitting me to comment! 528483

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com