35ème anniversaire de l’armée de l’air : La Base 210 se laisse voir


0

A l’occasion du 35ème anniversaire de l’armée de l’air, la Base aérienne 210 s’est ouverte à cinq journalistes de la presse écrite et de l’audio-visuel. Cette immersion qui a permis aux journalistes  de mieux comprendre le fonctionnement de l’Armée de l’Air a eu lieu le jeudi 1er octobre 2020 à Bobo-Dioulasso.

La cérémonie de prise d’armes à la Base 210 marquant le 35ème anniversaire de l’armée de l’air s’est déroulée sous une pluie matinale.  Le Lieutenant-colonel  Ibrahim Sakira a regretté la particularité d’un anniversaire qui se tient au lendemain de la disparition  du Général Ali Traoré. A cet illustre disparu qui avait tenu les rênes de l’Armée de l’Air de 1993 à 1999 ainsi qu’aux autres frères d’armes tombés pour l’honneur de la nation, le Lieutenant-colonel a rendu « un hommage bien mérité ».

Cet évènement célébré également dans un contexte de lutte contre le terrorisme et la maladie à Coronavirus n’a pas pour autant refroidi l’accueil réservé aux journalistes. La visite a d’abord commencé dans les différents locaux de la base avant de prendre fin dans un avion de chasse.

Cap sur la Base 210

Située à Bobo-Dioulasso, la Base aérienne 210 est un détachement de l’Armée de l’Air. Elle a été créée en juillet 2013 avec pour mission principale d’assurer la défense aérienne du territoire burkinabè. D’où sa participation active dans les opérations N’dofu, Otapuanu et Comoé. La présence de cette force qui opère régulièrement dans les zones à risques comme Arbinda galvanise les troupes au sol en ce sens qu’elle possède une capacité de reconnaissance de bombardement et d’appui de feu.

La Base aérienne 210 œuvre également dans la recherche de sauvetage et du suivi de convois. En plus de ces opérations de défense et de sécurité, l’Armée de l’air apporte une contribution non négligeable dans la promotion de l’agriculture à travers la lutte antiacridienne (les criquets pèlerins). Dans le cadre du Projet Saga, la Base 210 a mené plusieurs opérations d’ensemencement des nuages.

Le pilotage aérien, un métier on ne peut plus exigeant

L’armée de l’air est composée de ressources humaines qualifiées. Notamment le personnel navigant officier que sont les pilotes d’avions de chasse, de transport et autres. Et le personnel non navigant officier que constituent, entre autres, les mécaniciens, les télémécaniciens et les agents de renseignement.

Selon le Lieutenant-colonel Ibrahim Sakira, l’admission au concours de l’Armée de l’Air requiert la détention d’un BAC ou d’une Licence de série scientifique ou technique. Formés dans diverses universités du monde, les pilotes sont soumis à une disponibilité constante et doivent avoir une hygiène de vie particulière.

Avant de voler dans les nuages, les nouveaux pilotes s’appliquent d’abord dans une salle de formation dotée d’une capacité logistique qui s’assimile à celle de l’avion. Ils doivent également avoir une maitrise parfaite de la langue de Shakespeare.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Source : Burkina24.com

Faso24


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *