Attaque de l’école primaire de Bourasso : Le ministre de l’éducation constate sur place


0

Le Ministre de l’Éducation Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales (MENAPLN) a effectué une visite de terrain ce dimanche 4 octobre 2020 dans la région de la Boucle du Mouhoun. Il s’est agi pour le Pr Stanislas Ouaro de constater les dégâts de l’attaque de l’école primaire de Bourasso. Il est allé aussi rassurer les populations sur la prise de mesures adéquates afin de continuer l’enseignement de leurs enfants.

Dans la nuit du 28 au 29 septembre 2020, des individus armés non identifiés s’en sont pris à l’école primaire de Bourasso. Sur les lieux, le ministre de l’éducation a pu constaté que le bureau du directeur de l’école a été incendié en même temps que le matériel qui se trouvait à l’intérieur. Avec la venue du Pr Stanislas Ouaro, les populations ont exprimé leurs inquiétudes.

Une situation que le ministre a dit comprendre et promet  du même coup des réponses appropriées. « Depuis quelques années, nous vivons ce phénomène d’agression de notre système éducatif. Je suis venu pour les rassurer », a déclaré le Pr Stanislas Ouaro. C’est une « attention particulière » qu’il promet à cette région et plus spécifiquement aux populations de la province de la Kossi.


Le ministre a visité les locaux de l’école primaire publique de Bourasso

Il faut noter que cette situation n’est pas un cas isolé dans la zone. Environ 200 élèves de la localité ont été recensés dans la ville de Dédougou. Le même constat a été aussi fait dans la ville de Nouna. Et selon le ministre en charge de l’éducation, cette méthode peut être utilisée comme une alternative en attendant la résolution des problèmes. Cependant, les élèves de CP1 ou de CP2 ne peuvent pas profiter de cette méthode car étant trop petits.

Le bilan des écoles fermées

A la date du 15 septembre 2020, le ministre a indiqué que ses services ont recensé  2 300 établissements fermés contre 2 512 en mars 2020. C’est 115 établissements qui ont rouvert leurs portes pour cette rentrée. Pour arriver à ces résultats, des mesures ont été prises.  Une fois recouverts, les établissements pourront bénéficier d’un curricula bien adapté.

« Nous avons mis en place des curricula d’éducation en situation d’urgence à tous les niveaux d’enseignement. Et dès que nous reprenons les cours, que nous puissions avec ces curricula, sur 4 à 5 mois pouvoir dérouler totalement le programme et permettre aux élèves de pouvoir valider leur année », a déclaré le Pr Stanislas Ouaro.


Ce qui reste du bureau du directeur de l’école primaire de Bourasso

En plus de cette mesure, le ministre a expliqué que son département va entreprendre la construction de nouvelles salles de classes.  Des salles qui vont permettre d’accueillir les élèves déplacés internes qui sont au nombre de plus de 60 000.  Un chiffre à ne pas confondre avec celui des enfants déplacés internes. « Les enfants qui accompagnent leurs parents qui se sont déplacés sont un peu plus de 270 000 », a expliqué le Pr Ouaro.

Revenant sur les écoles fermées, le directeur régional de l’éducation de la Boucle du Mouhoun, Yénilé Kadinza, on dénombre environ 200 établissements fermés dans la région. Les priorités du moment sont d’offrir des postes de Police ou de Gendarmerie à ces localités.  Avec le début des cours, il craint une augmentation des effectifs dans les villes de Nouna et Dédougou. Trouver une solution est un impératif selon lui.

Pour le chef du département en charge de l’éducation, « il y a des situations difficiles que notre  pays traverse. On ne connait pas de pays où le terrorisme a vaincu, s’est s’installé et a fonctionné». Sur la fin de cette situation, il s’est montré serein et convaincu.

Basile SAMA

Burkina 24

Source : Burkina24.com

Faso24


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *