Fin d’études à l’ENAREF : Michel Wendmanegueda Yaméogo inaugure les soutenances de 2020


0

L’Ecole nationale des régies financières (ENAREF) a ouvert, le mardi 29 septembre 2020, la session des soutenances de 2020. La soutenance inaugurale a été présidée par le secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, Seglaro Abel Somé. Le thème « Fiscalité et croissance économique au Burkina Faso : une approche économétrique » de Michel Wendmanegueda Yaméogo, était à l’affiche de cette inauguration et s’est adjugé la note de 17/20.

C’est parti pour les soutenances de la session académique 2020 à l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF). Selon le directeur général de l’ENAREF, Adama Badolo, ils sont 72 élèves, dont 22 en fiscalité, 30 administrateurs des services financiers, 15 inspecteurs du trésor et cinq statisticiens, qui vont faire leur soutenance de fin d’études pendant la semaine du 28 septembre au 3 octobre 2020.

C’est Michel Wendmanegueda Yaméogo, élève-conseiller en statistiques, qui a eu l’honneur d’inaugurer la session avec son thème « Fiscalité et croissance économique au Burkina Faso : Une approche économétrique ». Pour l’impétrant, la fiscalité participe au développement de l’économie. Cependant, si elle est mal administrée, elle peut jouer contre la croissance de cette économie.

Michel Wendmanegueda Yaméogo

L’impétrant propose alors l’identification de nouvelles niches imposables à même de rendre les recettes fiscales plus performantes pour la croissance économique. « Nous voulons dire, de façon générale, qu’il faut rationnaliser les exonérations fiscales. Nous trouvons qu’il y a des exonérations qu’on peut rationnaliser et récolter plus de recettes fiscales », déclare Michel Yaméogo. Pour lui, des analyses approfondies doivent être menées sur les recettes fiscales afin de les rationnaliser.


Le lien entre fiscalité et croissance économique va dans les deux sens, mais Wendmanegueda Michel Yaméogo s’est intéressé, dans le cadre de cette étude, à l’effet de la pression fiscale sur la croissance économique. Il a été accompagné par Jules Tapsoba, économiste-fiscaliste et assistant technique en fiscalité auprès de la CEDEAO.


Le jury, après observations, a octroyé à l’ensemble du travail de l’impétrant, la moyenne de 17/20. Pour le président du jury, Seglaro Abel Somé, le sujet est d’un grand intérêt pour la politique fiscale nationale et plusieurs structures et domaines sont preneurs des résultats qui ont été trouvés. Mais également, « nous trouvons que le document a grand besoin d’une amélioration afin de définir nettement les contextes d’application des solutions proposées ».


Les soutenances vont s’enchaîner jusqu’au samedi 3 octobre 2020, annonce le directeur général de l’ENAREF, pour l’ensemble des 72 élèves concernés. Pour lui, la période des soutenances est un moment important dans l’activité académique et pédagogique de l’école. Elle couronne deux années de formation et donne l’occasion à l’élève de s’exercer, faire des recherches personnelles afin de pouvoir s’aguerrir pour son futur métier.

Etienne Lankoandé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *