Fondation Lucie-Kaboré-Traoré : Une kermesse pour scolariser des orphelins


0

La Fondation Lucie-Kaboré-Traoré a organisé, le dimanche 27 septembre 2020 à son siège à Ouagadougou, un « Dassandaaga » (kermesse). Elle a voulu en ce jour joindre l’utile à l’agréable, en rassemblant les membres de ladite Fondation et en permettant aux veuves d’exposer plusieurs mets locaux. Les bénéfices obtenus leur permettront de scolariser leurs enfants.

La rentrée scolaire a toujours été une source de stress pour les parents, en particulier pour les populations vulnérables. Dans cette situation, les veuves se retrouvent souvent toutes seules à chercher des ressources pour scolariser leurs progénitures.

Hélène Simporé, l’une des veuves membre de la fondation

Consciente de cette lourde charge qui pèse sur elles, la Fondation Lucie-Kaboré-Traoré a décidé de leur venir en aide. Le dimanche 27 septembre 2020, elle a organisé une kermesse pour leur permettre de récolter des fonds pour financer la scolarité des orphelins dont les mères sont dans des conditions de vie précaires. Les femmes ont proposé des plats made in Burkina aux participants : tô, tomousso, gonré, zamné, babenda, sans oublier les boissons locales comme le dolo. En outre, des enveloppes surprises ont permis aux plus chanceux de repartir avec des lots.


Selon la coordonnatrice de la Fondation Lucie-Kaboré-Traoré, Dr Alice Zoungrana/Kaboré, cette kermesse entre dans le cadre des activités génératrices de revenus des veuves. « Les représentantes des veuves de Ouagadougou et de l’intérieur du pays ont proposé des plats. A la fin de l’activité, elles se partageront les bénéfices en parts égales », a-t-elle expliqué.

Docteur Alice Zoungrana-Kaboré,coordonnatrice de la Fondation Lucie Kaboré-Traoré,

Marie-Joseph Saré/Zoungrana est la responsable des activités génératrices de revenus au sein de la fondation. Il s’agissait, selon ses dires, de joindre l’utile à l’agréable en rassemblant les membres et en favorisant le travail pour que les veuves récoltent de l’argent nécessaire pour assurer la rentrée scolaire de leurs enfants.


« La fondation m’a aidée »

Hélène Simporé est l’une des exposantes à la kermesse. Veuve depuis plusieurs années, elle affirme que depuis le décès de son époux, c’est la Fondation Lucie-Kaboré-Traoré qui lui vient en aide. « La fondation m’a aidée avec mes orphelins. J’espère récolter assez d’argent aujourd’hui pour mieux subvenir aux besoins de ma famille », ajoute-t-elle.

B.S.

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *