Burkina Faso : Une stratégie nationale pour valoriser l’expertise burkinabè


0

Le directeur de cabinet du ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale (MFPTPS), Jean-Marie Sompougdou, a ouvert, le jeudi 24 septembre 2020 à Ouagadougou, un atelier national de la stratégie nationale de validation de l’expertise publique (SNVEP) et son premier plan d’actions triennal. Une stratégie nationale, première du genre, qui vise la promotion de l’expertise publique de façon à la rendre plus compétitive sur le plan national et international.

« La gestion, la promotion et la valorisation de l’expertise burkinabè constituent, un pan majeur de notre politique gouvernementale en cours. Et c’est dans ce sens que toutes les acteurs impliqués à la matière ont réfléchi à la mise en place d’une stratégie nationale qui répondra à ce besoin », a souligné le directeur de cabinet du ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Jean-Marie Sompougdou.

Une stratégie nationale de valorisation de l’expertise publique (SNVEP) validée au cours de l’atelier national et dont l’objectif, selon lui, est de promouvoir les compétences publiques afin de les rendre plus compétitives sur les plans national et international. Tout en précisant qu’à ce titre, il y aura la création de structures en charge de la problématique ‘’expertise’’ au sein des ministères notamment des Affaires étrangères et de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, du Développement de l’industrie numérique et des postes, etc.

Une vue des acteurs réunis pour valider la première stratégie nationale de validation de l’expertise publique

Parlant des compétences publiques, Jean-Marie Sompougdou a fait savoir que le Burkina Faso en dispose mais elles ne sont pas toujours bien valorisées. A titre d’exemple, le directeur de cabinet du ministre en charge de la Fonction publique a noté qu’à la date du 31 décembre 2017, environ 469 fonctionnaires internationaux burkinabè ont été identifiés dans 24 entités du système des Nations-Unies. « A la date du 31 décembre 2018, poursuit-il cet effectif a été estimé 504 repartis au sein 26 entités du Système des Nations Unies. Un chiffre atteint grâce à l’engagement des différents acteurs du domaine mais qu’il faut travailler à améliorer ».

Pour le Secrétaire permanent de la coordination des écoles et centres de formation professionnelle, Mathias Traoré et technicien dans le domaine, ces chiffres ne sont pas très reluisants pour le Burkina Faso à comparer à d’autres pays de la sous-région. Selon ces explications, cette stratégie nationale fera en sorte que la représentativité du Burkina soit améliorée sur tous les plans, c’est-à-dire, au niveau national comme international.

Jean-Marie Sampougdou, directeur de cabinet du ministère en charge de la Fonction publique

En matière d’expertise publique, le Burkina Faso en dispose mais le constat sur le terrain a montré que les gens font toujours recours à l’expertise étrangère de sorte que l’expertise nationale ou locale n’a pas toujours été à la hauteur de ce qu’elle est capable de produire. « Il faut prendre des dispositions pour que cette expertise soit mise en évidence et aussi qu’elle soit de qualité et qu’elle contribue à l’amélioration du PIB mais aussi qu’elle parte à la conquête du marché international », conclure-t-il.

Yvette Zongo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

Faso24


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *